Retour accueil

Déclaration préalable du SNUipp-FSU 21 CAPD « mouvement » du 2 juillet 2015

jeudi 2 juillet 2015

Déclaration préalable du SNUipp-FSU 21

CAPD du jeudi 2 juillet 2015

Madame la Directrice académique,

Nous ne pouvons plus faire notre travail de représentant des personnels, malgré le travail considérable et remarquable de vos services.
Nous ne sommes pas convoqués dans les délais réglementaires, nous recevons les documents en dernière minute, il nous manque de nombreuses informations pour faire les vérifications.
Les collègues sont malmenés, pris en otage. Nous le sommes également, sans aucun moyen de ne pas siéger, à la veille des congés, et cela sans vouloir porter préjudice à nos collègues.
Les collègues sont en colère, ils ont de quoi !
Ils ont attendu depuis le 22 juin de pouvoir disposer de la liste des postes et de pouvoir les classer. Aucun calendrier ne leur a été fourni. Ils ont su lundi à presque 18h, qu’ils pouvaient formuler leurs vœux et leurs préférences, sans qu’il leur ait été précisé, dans le message, qu’ils n’avaient en fait que la soirée et la nuit pour le faire ! Certains ont trouvé l’information, d’autres pas. En voulant se connecter, ils se sont rendu compte que cela n’était plus possible, et qu’ils étaient hors délai !
Ils ont découvert avant le WE qu’une grande partie des postes a été réservée pour les stagiaires et qu’ils auraient peu de choix avec des couplages qui allaient les mettre en difficulté dans l’exercice de leur métier.
Les collègues à temps partiels sont encore plus pénalisés, soit parce qu’ils devront obligatoirement compléter des stagiaires sans aucune négociation possible sur leurs jours travaillés, avec toutes les difficultés et impossibilités de pouvoir modifier leur organisation de garde, soit parce qu’ils n’ont pu lister que très peu de postes correspondant à leur quotité.
De plus, ces collègues ont eu connaissance de l’accord, ou du refus de leur demande il y a quelques jours seulement. Comment s’organiser dans de telles conditions ?
Quand, le ministère comprendra-t-il, qu’en imposant aux départements un calendrier impossible, des règles du mouvement incompatibles avec la gestion des services et une mobilité des personnels, des quotités de temps partiels contraintes, une réforme des rythmes qui, entre autres, entrave les appariements de rompus de temps partiels et contraint les enseignant-es à des organisations complexes, il met en difficultés les collègues qui n’arrivent plus à concilier vie professionnelle et vie personnelle au détriment d’un service public de qualité ?
Quand, Monsieur le Recteur, et vous Madame la Directrice académique, prendrez-vous la mesure et les décisions qui s’imposent pour que les collègues retrouvent des conditions de travail et d’affectation acceptables ? 
Quelques mots concernant le deuxième point à l’ordre du jour, l’accès à la hors classe. Nous vous remercions d’avoir pu disposer, pour la première fois depuis de nombreuses années, du tableau de l’ensemble des promouvables.
Nous dénonçons une fois encore l’injustice de cet accès à la hors-classe et rappelons la revendication du SNUipp-FSU de sa suppression avec création d’une nouvelle grille indiciaire permettant l’accès de tous à l’échelon terminal 783. Nous dénonçons également la mise en place par le ministère des nouvelles bonifications qui ne sont qu’un pis-aller dans la reconnaissance de certaines fonctions ou lieux d’exercice et qui défavorisent une grande majorité des enseignant-es. L’accès à des indices supérieurs est dans ce cas interdit à ces derniers.
Nous tenons, pour terminer, à remercier et saluer le travail de fourmi réalisé par mesdames Manière, Bobey et Girard depuis le début de ces opérations de mouvement.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |