Retour accueil

Vous êtes actuellement : Commisssions Administratives   / CTSD  


Déclaration préalable du SNUipp-FSU21 au CTSD -ajustements carte scolaire- du 6 sept

jeudi 7 septembre 2017



Madame la directrice Académique,


Le gouvernement poursuit une politique libérale lourde de conséquences pour les salariés du privé comme du public ainsi que pour les retraités et remet en cause notre modèle social.
La rentrée remet sur le devant de la scène les préoccupations d’emploi, de conditions de travail, de pouvoir d’achat, de santé, de logement, de retraite…Et les annonces et décisions prises par le
gouvernement durant l’été sont guidées par l’austérité mettant ainsi à mal les solidarités, s’attaquant brutalement aux droits sociaux : nouvelle réduction des dépenses publiques, suppressions de contrats aidés, baisse des APL, multiplication inacceptable de mesures concernant les agents publics, réforme du Code du travail sans réel débat démocratique...

En ce qui concerne le projet d’ordonnances sur le Code du travail, la FSU partage les inquiétudes et préoccupations des organisations qui condamnent les remises en cause des droits sociaux des
salariés que cette réforme génère sous couvert de flexibilité et d’adaptabilité du marché du travail.
Elle s’associe à l’indignation des salariés du secteur privé en lutte pour obtenir un code du travail protecteur et des créations d’emplois de qualité. La FSU21 appelle les enseignants à se mettre en grève et participer aux manifestations le mardi 12 septembre.
Pour les agents de la Fonction publique, la période est particulièrement brutale : gel du point d’indice, prévision de 120 000 suppressions d’emplois (dont 70 000 dans la seule FPT), rétablissement de la journée de carence, augmentation de la CSG sans garantie d’amélioration du pouvoir d’achat et une remise en cause du calendrier des mesures PPCR - ce qui constitue une trahison des engagements de l’État et du dialogue social - baisse des dotations aux collectivités locales.
C’est pourquoi la FSU propose à l’ensemble des fédérations de fonctionnaires la construction d’une journée d’action au mois d’octobre, la plus unitaire possible, afin d’exprimer le désaccord des agents avec ces mesures, en exiger la réorientation et porter les revendications pour les personnels.

La rentrée scolaire ne se présente pas non plus sous les meilleurs auspices : entre le devenir des personnes en contrats aidés et leurs missions laissées vacantes, un discours rétrograde du Ministre
sur l’éducation, comme par exemple sur la lecture, des décisions précipitées qui s’appliquent à moyens constants, par redéploiement, et risquent d’accentuer les inégalités sur le territoire… Pour la FSU, il est impératif de mettre en œuvre un projet éducatif ayant pour objectif la réussite de tous les
jeunes de l’école maternelle à l’enseignement supérieur. Il est pour cela urgent de conforter le service public d’éducation.
Aujourd’hui nous nous réunissons pour étudier les ajustements de rentrée. Dans le département, les collègues sont inquiets :
Beaucoup de classes fonctionneront avec des effectifs très élevés, avec des répartitions pédagogiques compliquées.
Les RASED ne pourront apporter l’aide nécessaire aux élèves en difficulté partout où ils sont sollicités faute d’équipe complète, de frais de déplacement ou de personnels formés.
Les classes de cycle 2 en REP + (mis à part les CP) ne bénéficieront plus autant de l’aide tant plébiscitée du PDMQDC et celles de cycle 3 seront abandonnées !
Au niveau de l’école élémentaire des Violettes à Chenôve, nous attendions un signe en juin mais malgré notre intervention en séance et d’autres sollicitations, nous sommes restés sans réponse de votre part. Nous demandons qu’un moyen soit attribué à cette école qui, dans les classes, connaît une moyenne de 24 en dehors du niveau CP : du jamais vu en REP+ !!!
Nous réitérons aujourd’hui notre demande de suppression des postes à profil qui laissent toutes possibilités d’affectations en dehors de règles et dans la plus grande opacité. Pour exemple, les
postes PDMQDC de Montbard n’ont pas fait l’objet d’un appel à candidature telle que les règles écrites dans la circulaire mouvement le stipulent, de même que le poste de direction de l’école Joliot Curie de Montbard libéré pendant les vacances. Nous souhaitons un retour à la transparence et l’équité mais surtout que vous appliquiez les règles que vous avez vous même définies !
Les directeurs qui bénéficiaient encore d’une aide administrative voient celle-ci disparaître avec toutes les conséquences pour le fonctionnement des écoles et la dégradation de leurs conditions de
travail. A ce sujet, pouvez vous nous indiquer combien d’écoles sont concernées ?
En ce qui concerne les emplois civiques, pouvez-vous nous préciser le nombre de demandes, de candidats et de recrutements ?
Pour l’accompagnement des élèves en situation de handicap, qu’en est-il des AVS ? Seront-ils-elles eux aussi touché-es par la fin des contrats aidés ? Ou en sommes-nous dans notre département ?
Toutes les notifications MDPH sont-elles respectées ? Existera-t-il toujours des AVS mutualisés , des AVS- I et des AVS-co ?
La FSU dénonce l’inhumanité avec laquelle ces personnels sont traités par notre gouvernement qui pérennise la précarité par de telles mesures alors que la FSU revendique au contraire la
pérennisation de ces emplois dont l’école a cruellement besoin pour permettre d’accueillir dans des conditions favorables les élèves en situation de handicap.
Madame la Directrice, comment allez vous faire pour abonder les besoins qui permettent de répondre à la réussite de tous nos élèves, de réduire les inégalités et de donner la confiance tant décriée à nos collègues ?
A propos de la formation continue ASH, la circulaire n°2017-140 est parue au BO n° 27 du 24 août 2017. Elle stipule que les candidatures sont recueillies par le responsable académique de la
formation continue qui doit les transmettre « avant le 1 e r octobre 2017 , délai de rigueur » à la DGESCO.
Une circulaire d’information académique avec appel à candidature doit parvenir aux collègues, avant la tenue obligatoire d’une CAPD en septembre (article 7 de l’arrêté du 10 février 2017). Nous vous demandons, Madame la Directrice académique, d’informer les collègues et de proposer des départs en formation pour ces modules de formation d’initiative nationale.
Enfin, nous avons été alertés par plusieurs collègues directeurs-trices de REP qui se voient amputés d’une partie de l’indemnité REP lorsqu’ils sont en réunion de directeur en lien avec leurs missions du REP et qui plus est sur leur temps de décharge. Cette situation n’est pas acceptable. Nous vous demandons de régulariser les sommes non versées et à partir de cette rentrée, de leur verser intégralement l’indemnité à laquelle ils ont droit.
Et pour terminer, nous souhaiterions pouvoir rapidement être destinataire du calendrier des réunions institutionnelles afin de pouvoir planifier notre propre calendrier.

Nous vous souhaitons, madame la directrice académique, une bonne rentrée, ainsi qu’à l’ensemble de vos services.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |