Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actions / Mobilisations  


Les 9 et 18 mai...On ne marche pas ! On défile ! Et vous ?

dimanche 5 mai 2019

Enseignantes et enseignants des écoles, mobilisons-nous nombreux le 9 mai pour revendiquer l’abandon des projets de loi « école de la confiance » et de « transformation de la Fonction publique » !

Toutes et tous à la manifestation nationale à Paris le samedi 18 mai !



Toutes et tous en grève le jeudi 9 mai !


Suite aux mobilisations des 19 et 30 mars puis du 4 avril, le Snuipp-FSU, comme l’ensemble des syndicats de la Fonction publique, appelle les collègues à se mobiliser à nouveau le 9 mai prochain, partout en France, pour refuser le projet de loi de « transformation de la Fonction publique » et pour signifier leur opposition à la politique éducative rétrograde que poursuit le ministère de l’Éducation nationale.

En effet, le projet dit « l’école de la confiance » de JM Blanquer n’est qu’une déclinaison verticale à l’Education nationale du projet de loi de réforme de la Fonction Publique CAP22.

Êtes-vous prêt.e à accepter :


- un recours accru au recrutement d’agents par « contrat » en lieu et place du recrutement sous statut de fonctionnaire, ce qui aurait pour effet de remettre en cause l’égalité d’accès à l’emploi public par concours ? Dans l’éducation nationale, cette mesure conjuguée à la diminution du nombre de postes ouverts aux concours d’année en année et à la réforme de la formation initiale, ouvrirait grande la porte à l’embauche massive de contractuel.les.


- La privation des instances paritaires de l’essentiel de leurs prérogatives en matière de gestion des carrières ? Dans l’éducation nationale, cette mesure empêcherait par exemple les élu.es des personnels d’exercer leur rôle de contrôle sur les opérations de promotion et de mouvement, favorisant ainsi une gestion opaque et privant les personnels de recours contre l’arbitraire. Avec la remise en cause actuelle des règles du mouvement des personnels, cette mesure dégraderait encore les droits des enseignant.es.


- La suppression de 120 000 emplois dans la Fonction publique, avec un effet dévastateur certain pour l’ensemble des services publics.


- L’absence totale de revalorisation salariale des fonctionnaires, laissant ainsi les enseignant.es français parmi les moins bien rémunéré.es des pays de l’OCDE.


- L’absence du dégel de la valeur du point d’indice, entérinant la baisse du pouvoir d’achat que les fonctionnaires subissent depuis de nombreuses années.


- La modification radicale de la structuration de l’école avec la mise en place d’un système éducatif à 3 vitesses ? Avec au bas de la fusée des établissements consacrés aux savoirs fondamentaux : lire-écrire-compter-respecter autrui ; au 2e étage, des écoles qui continueraient de respecter les programmes nationaux ; au 3 ème étage des établissements internationaux pour l’élite à l’entrée desquels les élèves sont sélectionnés ? La mobilisation commence à porter ses fruits, le sénat s’est prononcé « contre » l’article portant sur la création des EPSF... dans sa rédaction actuelle. Rien n’est gagné, la mobilisation doit continuer.


- La remise en cause de la liberté d’expression des enseignant.es, avec des risques de « sanctions » accrus comme l’a vécu très récemment notre collègue directrice d’une école du Havre.


- Le cadeau fait à l’école privée avec l’instauration de l’instruction obligatoire à 3 ans qui contraint les municipalités à financer les écoles maternelles privées à la même hauteur que les écoles publiques. Sans compensation budgétaire suffisante, c’est une partie du budget traditionnellement alloué à l’école publique qui partira vers l’école privée.


- A accepter la possibilité de voir confier des classes à des étudiantes et étudiants sans formation, dès la L2 ? Le formation initiale du projet de loi de « l’école de la confiance » le prévoit !

- ...


Enseignantes et enseignants des écoles, mobilisons-nous nombreux le 9 mai pour revendiquer l’abandon des projets de loi « école de la confiance » et de « transformation de la Fonction publique » !


AG à 10 heures à la Bourse du Travail (17 rue du Transvaal à Dijon)

Rassemblement et manifestation à 14h30 place de la Libération à Dijon.


Pensez à envoyer à votre IEN votre déclaration d’intention avant lundi 6 mai minuit, par mail.


opendocument text - 15.3 ko
déclaration intention grève


Pensez à nous informer de la mobilisation dans votre école en nous envoyant un petit mail à snu21@snuipp.fr



Toutes et tous à la manifestation nationale à Paris le samedi 18 mai !


Les personnels des écoles seront également dans la rue le 18 mai prochain à Paris pour une grande journée de mobilisation contre le projet Blanquer :

Manifestation nationale pour redire au ministre de l’Éducation nationale que nous ne voulons pas de sa loi sur « l’école de la confiance ». Et celui-ci peut bien évoquer dans les médias un « festival de bobards », les raisons de ce refus sont bien réelles.


Le SNUipp-FSU 21 a réservé des places de train pour se déplacer à Paris.


Vous souhaitez participer à cette manifestation nationale ? Contactez-nous rapidement.

Le coût des trajets de nos syndiqué.es est pris en charge par le SNUipp-FSU 21.

Vous n’êtes pas syndiqué.e ? Contactez-nous par mail à snu21@snuipp.fr.


Vous ne pouvez pas vous déplacer à Paris mais souhaitez participer à cette grande mobilisation ?

Le SNUipp-FSU 21 lance une souscription. Vous pouvez envoyer vos dons à notre adresse postale (45 rue Parmentier à Dijon).


Rappel : Une carte postale électronique du SNUipp-FSU est à votre disposition ici.

Elle permet en quelques clics de s’adresser au ministre pour lui demander de renoncer à son projet de loi et revendiquer un autre projet pour l’école.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |