Retour accueil

Vous êtes actuellement : Publications   / Brèves du SNUipp-FSU 21  


Brève n°55 du 17 avril 2014

vendredi 18 avril 2014

L’austérité n’est pas une fatalité ! 1er mai 2014,

mobilisons-nous pour imposer d’autres solutions !

Manifestation à 10h30, place Wilson à Dijon

L’austérité n’est pas une fatalité !
1er mai 2014,
mobilisons-nous pour imposer d’autres solutions !
Manifestation à 10h30, place Wilson à Dijon

Partout dans le monde, la prochaine Journée internationale du travail sera l’occasion de voir descendre dans les rues des milliers de salarié-es, de privé-es d’emploi et de retraité-es afin d’exiger la mise en œuvre de véritables politiques de progrès social.

La CGT, la FSU et Solidaires de Côte-d’Or appellent à poursuivre le processus de mobilisation massive des salarié-es, ouvert à toutes et à tous, notamment en créant les conditions de puissantes manifestations le 1er mai.

Avec les journées d’actions du 15 mai dans la Fonction publique, du 22 mai pour les Cheminots, du 3 juin pour les retraité-es et des initiatives revendicatives sous des formes diverses dans de nombreuses entreprises, ce 1er mai est une étape et un moteur pour amplifier le mouvement social.

Le gouvernement et le patronat aggravent l’exploitation des salarié-es à travers de nombreuses mesures en faveur du patronat, comme celles contenues dans le « pacte de responsabilité ». Le coût du travail est un faux débat, ce qui nous coûte, c’est le capital, qui détourne toujours plus de richesses produites au profit des actionnaires, au détriment de celles et ceux qui justement les produisent.

Le bilan des élections municipales illustre le décalage entre les attentes et besoins des citoyen-nes et les réponses du politique.

Le Président de la République a entendu mais n’a pas écouté les voix des salarié-es.

C’est d’un changement de cap dont nous avons besoin et, sans surprise, le discours du nouveau Premier Ministre ne répond pas à cette exigence.

La CGT, la FSU et Solidaires affirment qu’il existe des alternatives.

L’augmentation des salaires et des pensions est possible et même indispensable pour améliorer la situation de nombreu-ses salarié-es, privé-es d’emploi et retraité-es, et pour tirer toute notre économie vers le haut.

Les aides publiques accordées aux entreprises doivent être remises à plat et évaluées en fonction de leur efficacité économique et sociale.

Une véritable justice sociale basée sur la solidarité entre les salarié-es, les privé-es d’emploi et les retraité-es garantira le financement de notre sécurité sociale.

Pour la solidarité entre les salarié-es et l’égalité des droits, le choix de la paix et le choix du social, la CGT, la FSU et Solidaires de Côte-d’Or poursuivent avec tou-tes les salarié-es, privé-es d’emploi et retraité-es, dans l’unité syndicale la plus large possible, le débat d’idées pour le progrès social

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |