Retour accueil

Vous êtes actuellement : Personnels  


Crise sanitaire

mercredi 30 septembre 2020

Compte-rendu de la réunion informelle des représentant.es au CHSCTD


Le mardi 22 septembre, les représentant-es des personnels au CHSCTD étaient convié-es à une réunion d’information informelle dont l’ordre du jour était « la rentrée scolaire au regard de la crise sanitaire ». Cette réunion s’est déroulée en présence du Secrétaire général de la DSDEN, de la nouvelle cheffe de pôle FIHSL, de la Conseillère de prévention départementale et des représentant-es des personnels.

Ces derniers ont manifesté leur étonnement quant au format de cette réunion dont l’ordre du jour entrait complètement dans les compétences d’un CHSCTD. L’actualité sanitaire est un sujet suffisamment grave pour que le traitement départemental se fasse au sein des instances officielles plutôt que durant une réunion informelle. Il y a fort à parier que cette pratique anticipe déjà sur la disparition programmée des CHSCT. Pour rappel la tenue d’une instance engendre un PV ce qui n’est pas le cas d’une réunion informelle.

Nouveau protocole ? Cas contact ?

Le secrétaire a indiqué que le protocole reste le même. Les dernières annonces correspondent à une évolution de la définition des cas contact... Cette évolution concerne essentiellement le premier degré dont le public accueilli n’est pas masqué. D’après l’Administration, avant ces modifications, chaque cas engendrait une multiplication ingérable de cas contact. Les nouvelles procédures sont applicables dès maintenant.

Commentaires du SNUipp FSU 21 : Clairement l’objectif est de fermer le moins de classes possibles en procédant à des évictions a minima. Les représentant-es du SNUipp-FSU ont dénoncé ces mesures démagogiques qui risquent à court terme d’avoir des effets sur la propagation du virus. Le ministère de l’Éducation nationale continue à mépriser la santé de ses personnels, des élèves et des familles.

Lorsqu’un enfant sera confirmé cas positif au Covid-19 dans une classe, celle-ci pourra désormais continuer de se tenir normalement pour les autres élèves. Les autres élèves de la classe ne seront plus considérés comme des contacts à risque.

De même, les personnels ne seront pas considérés comme contacts à risque dès lors qu’ils portent un masque grand public de catégorie 1 (comme ceux fournis par le ministère de l’Education).

Désormais, il faudra trois cas confirmés parmi les élèves d’une même classe pour que celle-ci soit considérée comme « contacts à risque ». L’Autorité de santé (ARS) validera la liste des élèves et personnels devant être isolés sept jours. Auparavant, l’ARS pouvait décider une fermeture à partir d’un seul cas dans une classe.

Situation des personnels en Côte d’Or

Le 17/09/2020 le bilan était le suivant :

  •  35 classes étaient fermées (Public et Privé sous contrat confondus), dont 31 dans le premier degré (1340 élèves en situation d’enseignement à distance)
  •  23 personnels d’État déclarés positifs sur 142 testés avec une répartition approximative de l’ordre de 40 % dans le premier degré et 60% dans le second degré.

Protection des personnels

Les représentant-es des personnels sont longuement revenu-es sur la problématique des masques en évoquant la mauvaise qualité des protections qui nous sont attribuées. Le Secrétaire général a évoqué des commandes à venir avec une demande de prise en compte d’attribution de masques de différentes dimensions afin de pallier certaines difficultés de port de masques relayés notamment par le biais du RSST. Le SNUipp-FSU 21 a refait part de son souhait de voir les personnels dotés de masques chirurgicaux à l’instar de l’équipement dont nous étions porteurs lors de l’épisode épidémique de l’année scolaire dernière.

Un point sur les masques inclusifs a mis en évidence le retard pris dans l’équipement des publics concernés, enseignants du pôle spécialisé notamment, et le manque de prise en considération de la demande d’équipement des enseignant-es des classes de GS et CP déjà formulée par le SNUipp-FSU 21 en réunion de prérentrée.

Les autres demandes du SNUipp-FSU 21

Les débats ont mis en évidence les nombreuses questions suscitées par la gestion des cas présumés ou avérés de cas COVID dans les écoles. Le manque de clarté de la gestion des situations et la complexité d’accès aux documents actualisés permettant simplement de connaître les procédures à suivre dans les écoles nous ont menés à demander à l’Administration un document clair à l’entête de notre académie, document qui pourrait être mis immédiatement à disposition de tous les personnels. Le Secrétaire général ne le souhaite pas, considérant que les documents ministériels suffisent. Ce n’est pas notre point de vue, le SNUipp-FSU 21 continuera à réclamer une clarification départementale des procédures. De façon complémentaire, le SNUipp-FSU a rappelé son attente de réponse au courrier adressé à la DASEN à propos, entre divers autres points, de la clarification de la notion de symptômes devant mener notamment au déclenchement des procédures d’alerte aux parents.

Devant le manque de clarté des procédures à suivre, le SNUipp-FSU 21 invite l’ensemble des personnels ayant le moindre doute de recourir au numéro d’appel unique 03 45 62 75 40 et à nous joindre si nécessaire.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |