Retour accueil

Vous êtes actuellement : Société   / Droits et Libertés  


Journée internationale du droit à l’avortement : la pétition « L’IVG, en France le compte n’y est pas »

jeudi 1er octobre 2020


Le 28 septembre était la journée internationale pour le droit à l’avortement. Droit fondamental, remis en cause à l’échelle internationale, européenne, il l’est aussi en France dans son effectivité. Dans la période complexe que nous traversons, il est donc absolument nécessaire de se mobiliser pour le défendre.

Un rapport d’information issu des travaux d’une mission menée sur l’accès à l’IVG constate que quarante-cinq ans après la loi Veil, l’IVG en France n’est pas toujours un droit effectif. L’accès à ce droit s’est encore complexifié à cause de la crise sanitaire et en particulier pendant le confinement.

Ce rapport met en évidence un manque criant de moyens humains et matériels qui engendre des difficultés pour les femmes à trouver des praticiens à proximité de chez elles avec des disparités territoriales importantes.

Dans ses conclusions, la mission d’information préconise de faire passer de douze à quatorze semaines le délai permettant de recourir à une IVG chirurgicale, et de cinq à sept semaines pour les avortements médicamenteux. Cette disposition avait d’ailleurs été prise par le gouvernement au plus fort de la crise sanitaire.

Une proposition de loi « visant à renforcer le droit à l’avortement » devrait être examinée à l’assemblée nationale le 8 octobre. La FSU soutient ce projet de loi parlementaire qui demande un élargissement du délai légal pour avorter et la suppression de la double clause de conscience sur l’IVG. Une pétition de soutien à la proposition de loi est en ligne à cette adresse : https://ivg-pour-toutes.fr/

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |